Incendies,Naufrages et Accidents: Des esprits à assainir. Des cœurs à purifier

Incendies,Naufrages et Accidents: Des esprits à assainir. Des cœurs à purifier

Des incendies et du feu ! Des accidents et du sang ! Des naufrages et des âmes englouties. Le débat dépasse finalement l’énigme sécuritaire. Pour peu qu’on l’on ait de la Foi, il faut voir en ce sang qui coule, ces incendies qui déciment et ces catastrophes maritimes qui annihilent, un message ou une alerte. Pour les Mystiques, lorsque les Anges nous avisent ou rappellent à l’ordre, ils passent par des indices difficilement perceptibles.

D’habitude, quand une âme bénie rejoint la Félicité, les signes se manifestent par un changement climatique ou environnemental. Mais quand la Nation est sur une voie claudicante, la Divinité alerte par le truchement des Anges au moyen de signes interpellateurs. Seydina Mandione Laye, Serigne Fallou Mbacké, Serigne Souhaïbou Mbacké et Seydi Abdoul Aziz Sy Dabakh, entre autres Illuminés, avaient ce génie messianique de prévoir l’avenir et d’anticiper le futur. De même, les Exégètes de la Bible peuvent, à partir de l’herméneutique des Sept Sceaux de l’Apocalypse, déchiffrer les Signes.

La série d’incendies, d’accidents mortels et de noyades qui sévit dans ce pays depuis un certain temps, nécessite, au-delà des commentaires, des compassions, des apitoiements, des lamentations et des consternations, un repli sur soi et une introspection. Les esprits doivent être assainis. Les cœurs ont besoin de purification. La Nation a besoin de purgatif. Il y a dans ce pays trop de haine, de méchanceté, de malveillance et d’inimitié. La fausseté est présente jusque dans les actes quotidiens. L’injustice se manifeste partout. Le Sénégal vit une désintégration de son tissu social et une fission de son champ politique démocratique. Ceux qui tiennent le Pouvoir dérapent par un abus partisan de l’Appareil d’Etat et par une instrumentalisation décriée de l’Appareil judiciaire. Parce qu’ils tiennent l’Etat, ils abusent du monopole de la violence légitime sur fond de partialité flagrante et de parti-pris. Le jeu politique est faussé. Le tissu social est putréfié.

Des esprits malveillants

La politique ne répondra pas à la question de notre vie ou de notre mort. Elle a besoin de justes, de sages et d’honnêtes gens. Elle n’a que des politiciens, des conspirateurs, des tricheurs, des faussaires et des traîtres qui valsent d’un camp à l’autre selon leur boulimie. Si le jeu politique sénégalais connait des angoisses et des convulsions, des vides et des abîmes, c’est en raison de la fausseté des actrices et des acteurs. Ils sont animés de malveillance. Chacun conspire à voir l’adversaire subir une flétrissure. Même dans le camp du Pouvoir, la haine et l’animosité ont pris le dessus sur les valeurs de solidarité et les vertus de grandeur.  La fausseté est d’autant plus grande que ce sont les bourreaux encagoulés qui sont les premiers à exprimer une compassion devant le mal de l’opposant, du rival, de l’ennemi ou du concurrent.

Aucun parti, aucun acteur, aucun responsable, si hâbleur et pourfendeur soit-il, n’est aujourd’hui capable de proposer ou de réaliser un projet de société échappant à la logique actuelle, une logique qui est désinvolte et pillarde. La démagogie, moyen d’existence politique des cancres, et l’insulte, arme des esprits désertiques, sont le lot du débat politique.  La politique, au Sénégal, n’est plus un engagement à créer une société à visage humain. Elle est devenue une action honteusement marchande.  Les acteurs politiques de ce pays mettent le Sénégal dans l’abîme malgré les apparences. Ils avilissent les Institutions. Leurs esprits malveillants sont une indubitable poisse pour ce pays.

Des cœurs noirs

Ceux qui sont au Pouvoir se délectent de voir les gens de l’opposition, de la société civile, et ceux qui les contrarient se retrouver dans un trépas. Ceux qui sont dans l’opposition et dans la société civile éprouvent du plaisir à voir les occupants du Pouvoir être dans une situation délicate et incommode. Les cœurs sont noirs. Les acteurs sont méchants et dissimulent leur méchanceté dans une grosse tartufferie. Ce qui se passe entre le Pouvoir-APR et ces gens de l’opposition traqués au moyen de l’Appareil d’Etat et de l’Appareil de Justice et ces spectacles de députés qui s’insultent au cœur de l’Assemblée nationale, est illustratif du mal politique sénégalais.  Il est rare de voir un acteur politique se singulariser par des valeurs. Ils mentent tous, trichent et conspirent. Les cœurs noirs sont énormément plus nombreux dans le champ politique sénégalais que les cœurs lactescents. Le maraboutage et l’ensorcellement sont les moyens d’atteindre l’autre. Certains acteurs finissent souvent mal sans qu’aucun spécialiste de santé ne puisse décortiquer la calamité qui l’emporte. Le mal commis par des acteurs politiques se retourne soit contre eux-mêmes, soit contre un innocent. Mais il faut souhaiter et prier pour que ces incendies, ce sang qui coule sur les routes et ces noyades ne soient des effets malsains d’injustice, de haine et de fausseté. Dieu aime le Juste !

Le Piroguier

About Author