AU SECOURS BABACAR TOURE ! ILS SONT DEVENUS FOU.

AU SECOURS BABACAR TOURE ! ILS SONT DEVENUS FOU.

Il est fou, notre monde. Surtout le nôtre, celui de la presse. On s’adonne ainsi à un «journalisme-spectacle». Des photos de confrères montrant les victimes de l’incendie du «Daaka» de Médina Gounass, frisent un voyeurisme abject. Fallait-il pousser l’horreur jusqu’à publier des clichés que des Européens répugnent à exhiber quand il s’agit de leurs compatriotes, mais exposent avec une troublante indécence quand le spectacle concerne de pauvres nègres? Osons le dire sans nous présenter en moralisateurs. Ces photos publiées dans le quotidien «le plus lu et le plus vendu» sont indécentes en ce sens qu’elles blessent par leur charge négative et émotive avec des brûlés graves présentés dans toute leur nudité. Des mômes ont dû se voiler les yeux pour ne pas voir et ressentir l’insondable douleur des victimes. Et surtout celle d’une mère de famille. Horreur et impudeur. On pouvait bien épargner les lecteures de ces photos dès lors que le quotidien, qu’il pleuve ou qu’il vente, reste le plus lu et le plus vendu. A moins que derrière ces photos, l’esprit mercantile ait prévalu. Notre monde, c’est également l’indifférence de l’Etat qui attend toujours des tragédies du genre pour tenter d’arrêter la mer avec des bras ou apporter le remède du médecin après la mort. Ce n’est pas la première fois que ce genre d’incendie se présente dans ce lieu de culte. Qu’a fait l’Etat pour parer à cette récurrence ? Apparemment rien et demain, d’autres tragédies…

Kaccoor Bi (Le Témoin)

 

( Ndlr : Babacar Touré est Président du CNRA )

Categories: CHRONIQUE

About Author