PROLONGEMENTS DE CONTRATS DES FONCTIONNAIRES BONS POUR LA RETRAITE: Le Cirsem dénonce la «gestion informelle» de la ressource humaine

PROLONGEMENTS DE CONTRATS DES FONCTIONNAIRES BONS POUR LA RETRAITE:  Le Cirsem dénonce la «gestion informelle» de la ressource humaine

Fidèle à sa posture de vigie et d’alerte le Comité des intellectuels républicains pour le suivi des engagements et de la massification de l’Alliance pour la République (Cirsem) s’est encore fendu hier d’un communiqué salé comme pour dénoncer le contrat à durée indéterminée signé par décret présidentiel en faveur du directeur de l’Agence de régulation des marchés publics.

Les intellos de Macky ont d’entrée invité les gestionnaires de l’argent public à plus de responsabilité. «Le Comité des intellectuels républicains pour le suivi des engagements et de la massification de l’Alliance pour la République, Cirsem, exhorte les responsables des pouvoirs publics à un retour à l’orthodoxie dans la gestion des ressources humaines de l’Etat», a d’abord posé le Cirsem.

Évoquant la prolongation des contrats de certains hauts cadres de l’administration, le Cirsem constate le fait et le dénonce. «En effet, le Cirsem constate que de plus en plus de directeurs généraux, de directeurs, de présidents de conseil d’administration etc., en fin de contrat ou admis à faire valoir leurs droits à une pension de retraite sont toujours en fonction comme s’il y avait un déficit de cadres dans l’administration publique sénégalaise», s’est outré le Cirsem. Pour Lansana Sidibé et ses collaborateurs, cette façon informelle de gérer le personnel de l’Etat porte atteinte à la réalisation du Pse, et cela peut être source de mécontentement chez les jeunes diplômés. «Par conséquent, le Comité des intellectuels républicains pour le suivi des engagements et de la massification de l’Alliance pour la République, Cirsem, souligne que cette pratique qui témoigne d’une gestion informelle des agents de l’Etat en lieu et place d’une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, constitue un fait grave et inacceptable pour les jeunes diplômés qui sont en attente d’être recrutés dans la fonction publique, également engendre frustrations et démotivation chez les agents de l’Etat dans un contexte de mise en œuvre du Plan Sénégal émergent», a vilipendé le Cirsem.

En définitive, le Cirsem est d’avis que «nul n’est indispensable dans la gestion des affaires publiques d’autant plus que les hommes passent, les institutions demeurent».

La Tribune

Categories: OPINION

About Author