COLONIALE

COLONIALE

Voilà que l’attentat terroriste qui a eu lieu à Londres, hier, risque d’hypothéquer la rencontre amicale de football entre le Nigeria et le Sénégal. Déjà que les Lions avaient eu bien des difficultés pour dégoter le visa british, l’enjeu sécuritaire pourrait bien tuer le jeu. Mais ce ne sera que bien fait pour ces Africains qui ne veulent pas se décoloniser. Comment Super Eagles et Lions peuvent-ils programmer leur rencontre à Londres, dans la grisaille et des gradins dégarnis, alors qu’ils pouvaient remplir Senghor à Dakar ou Surulere à Lagos, dans la chaleur des supporters et du climat ? Même verdict pour Sénégal-Côte d’Ivoire, prévu à Paris jeudi prochain. En tout cas, le prétexte de la facilité du regroupement souvent invoqué n’est que fallacieux, car les joueurs viennent de partout, même de Chine. Et même si par extraordinaire le match de Londres a lieu aujourd’hui, gageons qu’en plus d’être localement peu suivi, il ne sera pas retransmis, vu que Rien Tous les Soirs ne prévoit de diffuser que le match de Paris. Proximité coloniale oblige.

Waa Ji (Les Echos)

Categories: CHRONIQUE

About Author