ÉQUITÉ

ÉQUITÉ

On y va lentement, mais sûrement. A moins que ceux qui mènent la politique se résolvent à voir les signes avant coureurs. Bien entendu, ils n’ont pas tous la science d’un Al Makhtoum qui nous a déjà avertis des dangers qui nous guettent ou guettent ce pays. Pour le moment, il semble tous porter des œillères et ne voient que leurs intérêts égoïstes. Pendant longtemps, on s’est gargarisé de l’idée que des saints sont enterrés dans ce pays béni des dieux et que rien de méchant ne pourrait nous arriver. Le malheur ne viendrait que de nos acteurs politiques dont certains prennent leurs militants pour des moutons de Panurge, les amenant là où ils peuvent brouter à leur aise. A Dakar, le premier magistrat de la ville est interné à Rebeuss car on lui reproche beaucoup de crimes. Le sieur Moustapha Diakhaté, qui doit être dans les secrets du Palais, a déclaré en public que des dossiers des pontes de sa formation politique seront bientôt transmis à la Justice. Depuis, plus rien… Le proc lui-même avait fait à la presse la promesse de tailler bavette avec elle. On attend toujours qu’il déballe. Le département de Podor ne voudrait pas que l’on mène à l’abattoir son fils. Et il tient à le dire à haute et intelligible voix. Son fils, le maire de la commune de Ndioum et Directeur du Coud (Centre des œuvres universitaires de Dakar), Cheikh Oumar Anne n’a rien commis des fautes qu’on lui reproche. Il ne mérite pas le lynchage politique dont il fait l’objet. Dieu merci, ils n’ont pas dit médiatique. L’intéressé est du côté du pouvoir et ceux qui s’exercent à cette vilénie ne combattent que les adversaires du Roi. Ce sont ces flagrants partis-pris qui risquent de faire cramer ce pays. Équité où es-tu?

Kaccoor Bi (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author