DÉLÉGATION SPÉCIEUSE

DÉLÉGATION SPÉCIEUSE

Délégation spéciale. La formule est lâchée, comme un ballon de sonde, par la voix de son maître. Et quoique le sérieux ait déserté l’espace public, il ne faut pas pousser le bouchon trop loin, dans cette affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Car, pour installer une délégation spéciale dans une collectivité locale, il faut bien que celle-ci soit bloquée dans son fonctionnement. A moins de faire du Wade sans Wade, lorsque ce dernier, suite à la réforme de janvier 2011, installa plusieurs délégations spéciales. Or, aucun prétexte n’existe pour ce faire. D’autant que la ville de Dakar, même si son maire et certains de ses collaborateurs sont en prison, dispose d’un conseil municipal encore debout, d’adjoints au maire toujours actifs. N’empêche, les loups hurlent à la mort et sur les radins de l’arène, les pouces sont tournés vers le bas. On verra bien jusqu’où mènera la glissade. En tout cas, Idy a été emprisonné de juillet 2005 à février 2006, sans que la mairie de Thiès ne soit sous délégation spéciale. Alors, si le forcing a lieu pour arracher le fromage tant convoité, cela ne se fera que sous délégation spécieuse.

Waa Ji (Les Echos)

Categories: CHRONIQUE

About Author