VENDETTA

VENDETTA

La police appelle les populations au secours, alors que celles-ci comptent sur elle pour une meilleure protection de leurs vies et de leurs biens. C’est le policier en chef qui l’a dit à Pikine, samedi : en plus de renseigner les forces de sécurité, les populations doivent aussi aller au charbon pour cravater les agresseurs. Il ne faut point croire que les Sénégalais sont des poltrons et rechignent à porter secours à une personne en danger. La vérité, c’est que le monopole de la violence se trouvant entre les mains des flics…et des malfrats, le Sénégalais lambda a du mal à s’immiscer entre eux, surtout s’il n’a fait d’arts martiaux ou ne dispose d’un flingue. Alors, que faire ? Faut-il libéraliser le port d’arme, avec le danger de bavure du genre station Shell de Yoff ? Il y a certainement quelque chose à faire dans cette direction, sans trop forcer, bien sûr, jusqu’à rendre constitutionnel le droit de détenir une arme. Faut-il remettre au goût du jour les comités de vigilance dans les quartiers ? C’est aussi une voie à prospecter. Mais surtout, il faut revoir la formation des éléments de sécurité privée et les armer correctement.

Waa Ji (Les Echos)

Categories: LE DOIGT SUR LA PLAIE

About Author