VIOLENCE !

VIOLENCE !

Ou bien les enfants n’ont pas peur du père ou bien celui-ci est un papa gâteau. Et pourtant il doit veiller sur la quiétude de toute une nation. Pendant que des voyous tuent, violent, braquent des banques et autres institutions financières, les sauvageons de l’Apr, la formation politique au pouvoir, mettent partout le feu en dépit des injonctions du père qui a maintes fois rappelé à l’ordre ses rejetons sans parvenir à imposer cet ordre dans la maison. Et apparemment, sa marmaille n’est pas la seule à s’exercer à ce jeu de lance-pierres. Dans la sacralité du palais de la République, il arrive que du monde s’extirpe en faisant voler bas les mots pendant qu’un énergumène, griot attitré de la famille présidentielle, tance les ministres de la République devant leur Chef, impuissant face à ce désordre. Violence pour violence, le même troubadour interdit de meeting un ancien Premier ministre sans que personne ne s’en scandalise. Le successeur de ce dernier est, elle aussi, interdite de se pavaner dans sa ville natale par ses frères de parti, trop jaloux que l’on vienne disputer leur leadership. Ils ne voudraient pas se faire hara-kiri lors de la confection des listes pour les législatives. C’est d’ailleurs ce qui explique ce regain de violence qui va s’amplifier plus on approchera des élections. Une violence qui n’est pas que physique, mais aussi verbale à l’image de celle dont a fait montre le député Moustapha Diakhaté dont les mots sont d’une charge aussi violente que physique à l’endroit de personnes qui ne pensent pas comme lui et qui usent de leur liberté de parole. Macky wax ci waay !!!

Kaccoor Bi (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author