PEUR DE MOURIR…

PEUR DE MOURIR…

«Si le Président Macky Sall perdait les législatives, nous tous perdrons nos postes». Ce cri du cœur est lancé par Me Omar Youm qui présidait l’Assemblée générale d’un mouvement de soutien à l’action du chef de l’Etat. Les propos du directeur de cabinet du chef de l’Etat sont alarmistes, car ils rappellent à bien des égards ceux entendus de la bouche de Serigne Mbacké Ndiaye, ancien porte parole de Wade, qui disait à peu près la même chose: «Si nous perdons le pouvoir nous irons tous en prison». Même si par ailleurs il ne s’agit pas de prison ici, la crainte de la défaite aux prochaines législatives risque bien de les priver de privilèges acquis et de les conduire au purgatoire. Habitués aux lambris dorés du pouvoir et à ses délices, nul doute que les candidats à la députation ne ménageront pas les moyens de l’Etat pour conserver leurs privilèges. Bien qu’il reste moins de six mois pour atteindre les législatives, nombre d’entre eux sont déjà en campagne en attendant le champion de l’Apr, qui sous prétexte de tournées économiques descendra lui aussi sur le terrain, à coup sûr dès le mois prochain. Et comme ces joutes électorales seront âprement disputées, rien ne sera de trop pour décrocher la timbale. Pendant ce temps, les contribuables continueront à entretenir des députés dont l’utilité reste à démontrer sinon engloutir les milliards votés par une Assemblée buissonnière, pour mieux voter des lois impopulaires. N’oublions pas qu’on y ronfle, on s’y invective.

La Tribune

Categories: LE DOIGT SUR LA PLAIE

About Author