G5 SAHEL+

G5 SAHEL+

On n’est jamais assez nombreux pour combattre le terrorisme, surtout quand il s’agit de nos pays, dont les armées sont souvent mal équipées et les soldats peu motivés. Alors, pourquoi limiter au G5 Sahel ceux qui doivent lutter contre le mal ? D’autant qu’aujourd’hui, au Mali voisin, considéré comme le sanctuaire d’où se déploient les tentacules terroristes, les forces sénégalaises sont présentes et bien présentes. Mais à bien regarder ceux qui composent ce G5 Sahel, d’où le Sénégal est pratiquement indésirable, il ne peut en être autrement, vu le désamour latent entre le Président Macky Sall, même s’il refuse diplomatiquement à le reconnaître, et ses homologues mauritanien, malien, nigérien ou tchadien. Que ces derniers n’entraîneraient-ils pas leur homologue burkinabé. En tout cas, même si le Tchad occupe une position centrale dans le dispositif de lutte contre le terrorisme dans la zone, le bon sens voudrait qu’aussi bien le Sénégal, présent au Mali et en Centrafrique, que le puissant Nigeria, en butte à Boko Haram, soient impliqués. Le recadrage diplomatique du Sénégal n’en est donc que plus urgent.

Waa Ji (Les Echos)

Categories: CHRONIQUE

About Author