OPÉRATEURS D’INFRASTRUCTURES

OPÉRATEURS D’INFRASTRUCTURES

Si Kabirou Mbodj, le propriétaire de Wari, a remporté le jackpot constitué par l’opérateur de téléphonie mobile Tigo -qu’il a racheté pour 80 milliards de francs !-, il a, en revanche, eu la main moins heureuse en tentant d’obtenir une licence d’opérateur d’infrastructures auprès de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp). Laquelle avait lancé un appel d’offres international pour sélectionner trois opérateurs d’infrastructure, c’est-à-dire des grossistes de l’Internet. Face à l’importante demande, le Gouvernement, après avoir changé le code des télécoms, avait donc lancé cet appel d’offres sur la base d’un cahier des charges assez contraignant. A l’arrivée, trois opérateurs avaient été sélectionnés qui doivent en principe verser chacun un ticket d’entrée de 850 millions de francs pour obtenir une licence d’opérateur d’infrastructures. Mais s’il y a eu beaucoup d’appelés, il y a eu, à l’arrivée, peu d’élus. Et parmi les prétendants recalés, on trouve non seulement Kabirou Mbodj de Wari, mais aussi des sociétés créées par Cheikh Tidiane Mbaye, ancien DG de la Sonatel, et… Youssou Ndour (Futur Média Internet). Parmi les autres sociétés sénégalaises qui ont pris part à la compétition, Kirène Mobile et Arc Informatique…

Le Témoin

Categories: ECONOMIE

About Author