Alphadi : « Le Fima est le plus vieux festival africain dédié à la mode, il continuera de vivre »

Alphadi : « Le Fima est le plus vieux festival africain dédié à la mode, il continuera de vivre »

Par Jeune Afrique

À l’occasion de la 10è édition du Festival international de la mode africaine (Fima), qui s’est tenu à Agadez, au Niger, Alphadi, fondateur de l’événement qui fêtait ses 20 ans, nous a livré ses impressions.

En 1998, le styliste nigérien Alphadi organisait dans le désert du Tiguidit (site naturel classé par l’Unesco), près d’Agadez, la première édition du Festival international de la mode en Afrique (Fima). Pour sa dixième édition et ses 20 ans, il a voulu revenir là où tout a commencé.

Les 16 et 17 décembre dernier, le “prince du désert” a donc réuni – en dépit de défections de dernière minute – quelque 200 stylistes, mannequins et personnalités pour célébrer cette mode africaine à laquelle il croit. Le thème retenu cette année : « Éducation et industrie pour une Afrique de métissage et de paix ». Car pour Alphadi, si le continent regorge de multiples talents, l’enjeu aujourd’hui est de donner à ces derniers les moyens de se professionnaliser et de vivre de leur art, via les concours Top model et Jeunes créateurs.

Into the Chic : Quelques créateurs n’ont pas fait le déplacement du Fima cette année. N’est-ce pas dommage pour le succès du festival ?

Alphadi : Le Niger est malheureusement mal desservi et certains créateurs ont pu rater leur vol. L’Éthiopie est en Afrique, mais il est très difficile de faire partir un styliste d’Addis-Abeba pour Agadez. D’autres ont eu un empêchement de dernière minute. En tous cas, nous sommes ravis d’avoir accueilli ceux qui ont fait l’effort et de se déplacer. Et j’ai particulièrement apprécié que Jean-Paul Gauthier, que j’avais invité, nous ait prêté sa collection pour le final, faute d’avoir pu voyager…

Categories: BEAUTÉ D'ICONE

About Author