SENGHOR

SENGHOR

20 décembre 2001 – 20 décembre 2016: il y a 15 ans, jour pour jour, mourait, à Verson, en France, Léopold Sédar Senghor, premier président de la République du Sénégal. Autrement dit, le «Père de la Nation» sénégalaise. Comme à chaque anniversaire de sa mort, ses proches, ses amis et ses admirateurs, au premier rang desquels les responsables du Parti Socialiste, se retrouvent au cimetière de Bel-Air où a été enterré le grand homme, pour fleurir sa tombe et lui rendre hommage. Le président Senghor est l’exemple de l’ingratitude de la France envers ses serviteurs en Afrique. En effet, alors que cet homme a, sa vie durant, défendu les intérêts de la Marianne et s’est battu pour le rayonnement de la culture française, alors qu’il a été député et ministre français, agrégé de grammaire et membre de l’Académie française, alors qu’il a veillé à maintenir solidement le Sénégal dans le giron français, Senghor n’a eu droit à la présence d’aucun officiel français de haut rang à ses funérailles. Une leçon d’ingratitude que Macky Sall, lointain successeur de Senghor à qui la France (dont il se veut le meilleur agent en Afrique noire !) d’aujourd’hui déploie le tapis rouge, gagnerait à méditer…

Le Témoin

Categories: ACTUALITÉS

About Author