INCERTITUDES


L’année 2016 s’achève comme elle avait commencé: dans la violence et les incertitudes. Pour dire l’absurdité du monde dans lequel nous vivons. Un monde qui n’a jamais été aussi dangereux. Ce n’est pas nos frères et sœurs gambiens qui diront le contraire, eux qui ne savent pas de quoi demain sera fait. Après les promesses pleines de rêves aux lendemains de la présidentielle du 1er décembre, ils vivent désormais un cauchemar dont l’issue n’augure rien de bon. Adama Barrow, le président nouvellement élu, et l’ex-homme fort de Banjul, Yaya Jammeh, se sont radicalisés sur leurs positions. C’est désormais un dialogue de sourds entre eux. La médiation de la Cedeao n’y a rien fait. Jammeh, en plein dans ses folies, veut désormais partager le pouvoir qu’il a perdu. Comme si le «Taureau de Kanilaï» pensait qu’il est né pour diriger. C’est vrai qu’il n’a jamais imaginé un seul jour sans pouvoir, à l’image des dictateurs assoiffés de pouvoir. Mais il doit savoir que sa fin a sonné. Et que son règne se conjugue désormais au passé. N’en déplaise aux rebelles chanvrés qui cherchent à rebondir.

La Tribune

Previous Cheikh Ndiaye Teranga, président chauffeurs de taxis : «le Général Mansour Niang doit apprendre à parler. Il parle comme un soldat de première Classe»
Next LUTTE CONTRE LE TERRORISME: Macky Sall veut «une réponse doctrinale et intellectuelle de l'Islam»