LES PIQUES DE L’AS DE CE JEUDI

LES PIQUES DE L’AS DE CE JEUDI

Jammeh «disparu» des rues de Banjul et de Serrekunda
Les photos de Yaya Jammeh ont disparu des rues de Banjul et de Serrekunda. Implantées sur les grandes artères de la capitale et de Serrekunda, en grand format, les photos du natif de Kanilai sont désormais introuvables. Les militants de la coalition sont passés par là. Ils ont escaladé les panneaux pour déchirer les affiches sans que les forces de l’ordre ne réagissent. Aujourd’hui, on peut faire le tour de ces deux villes sans voir une seule photo de Jammeh. La page de l’homme fort de Kanilai est tournée.

Vrai faux démenti du Pds
Le Parti démocratique sénégalais (Pds) s’est fendu d’un communiqué signé par son secrétaire général national adjoint Omar Sarr pour soutenir qu’« une information parue dans la presse fait état d’une rencontre prévue à Paris, à l’occasion de sa visite d’Etat, entre le chef de l’état Macky Sall et Me Abdoulaye Wade, secrétaire général national du Pds» et que cette information est dénuée de  tout fondement». Omar Sarr d’ajouter : «le Pds rappelle que les manifestations décidées par la fédération du parti en France sont maintenues».

Le Pds s’emmêle les pinceaux
Apparemment, les libéraux n’ont pas lu le texte qui est précis sur les faits irréfutables de tractations secrètes. Le Pds ne se focalise que sur l’éventuelle rencontre entre Macky Sall et son prédécesseur. Or, «L’As» n’a nullement écrit que les deux vont se voir. C’est faire preuve d’une grande cécité intellectuelle que de l’accuser d’un tel fait. Votre canard n’a fait que rendre compte de «l’engagement pris par Macky Sall de faire un crochet à Versailles pour lui rendre visite». Par conséquent, seul le président de la République peut apporter un démenti à cette info en niant avoir pris un tel engagement. Tout le reste relève de simples verbiages ! Macky en tournée Maouloud Le Président Macky Sall est revenu sur le Maouloud qui sera célébré ce dimanche par la communauté musulmane. En Conseil des ministres, il a présenté ses meilleurs voeux à la communauté musulmane du Sénégal et à toute la Oumah islamique. Il a informé aussi le Conseil des visites qu’il effectuera dans ce cadre, à Tivaouane, Thiénaba, Kaolack, Médina Baye, Léona Niassène et Ndiassane, pour marquer la solidarité de la Nation aux familles religieuses, et prier, dans la communion avec les fidèles, pour la paix, la stabilité et la prospérité du Sénégal.

La maison des hôtes de Médina Baaye
L’Emir de Kano (Nigéria) Mouhamed Sanoussi était l’hôte hier de Médina Baye. Il a été accueilli à  l’aérodrome de Kahone par la famille de Cheikh Ibrahima Niasse dit Baye vers 10h30. Les populations sont sorties en masse pour lui souhaiter la bienvenue. A son arrivée à Médina Baye, une cérémonie a été organisée en son honneur dans la maison du Khalife général, Cheikh Ahmed Tidiane Niasse. L’Emir de Kano est l’ancien gouverneur de la Banque nigériane. Il est venu raffermir les liens solides qui lient le Nigéria à la ville religieuse de Médina, cela depuis la rencontre entre l’Emir Abdalah Bayoro et Cheikh Al Islam Baye en 1938 à la Mecque. L’Emir a formulé des prières de paix pour le monde musulman. Selon nos informations, la Maison des hôtes qui devrait être inaugurée le chef de l’Etat sera baptisé au nom de Abdallah Bayoro.

Le Pm aux Emirats
Le Premier ministre Mohammed Boun Abdalah Dionne est revenu sur la mission qu’il a effectuée, au nom du chef de l’Etat, à Abou Dabi aux Emirats Arabes Unis dans le cadre de la première Conférence internationale sur la protection du patrimoine culturel dans les zones de conflits. Le Premier ministre était accompagné du ministre de la Culture et de la Communication Mbagnick Ndiaye.

Loi sur les sages Femmes
Hier en Conseil des ministres au titre des textes législatifs et réglementaires, le conseil a adopté un projet de loi qui va mieux organiser et régir la profession de sage-femme. Il s’agit du projet de loi relatif à l’exercice de la profession de Sagefemme au Sénégal et portant création de l’Ordre des Sagesfemmes et des maïeuticiens.

Développement secteur privé
Pour développer le secteur privé en Afrique subsaharienne, l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (Unitar) mettra en oeuvre le projet intitulé «Renforcement des ressources humaines des pays d’Afrique subsaharienne en matière de développement du secteur privé» en 4 phases de 2016 à 2019 avec le soutien de la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA). L’objectif principal du projet est de renforcer les ressources humaines des administrations nationales en matière de développement du secteur privé. Le but de la phase 1 est d’identifier et de recenser les besoins en matière de renforcement des capacités. Les extrants de la phase 1 consistent en 3 séminaires préparatoires pour les pays anglophones, francophones et lusophones. Cela s’explique par le fait l’Afrique est devenue l’une des régions du monde à la croissance la plus élevé.

Sénégal Dem-Dikk à Podor
Le Directeur général de Dakar Dem Dikk, Moussa Diop, est en tournée pour la vulgarisation de son projet Sénégal Dem Dikk. Hier, il a été à Podor pour présenter les bus en présence de l’adjoint au maire Issaga Ly. Cette cérémonie de lancement du projet pilote qui concerne de villes de Thiés, Saint-Louis, Touba, Podor, a permis au Directeur général de Dakar Dem Dikk, Me Moussa Diop, selon un communiqué de son service communication, de mettre en valeur les réalisations du Président Macky Sall qui a permis le renforcement du parc automobile de Dakar Dem Dikk, en apportant 475 bus, en plus des 200 existants. «Les personnes vivant avec un handicap seront prises en compte dans le recrutement de Dakar Dem Dikk. Ce n’est pas normal qu’elles soient marginalisées. Elles sont des citoyens à part entière et ont alors les mêmes droits que les autres», relève le Dg Dakar Dem Dikk qui rappelle que les bus sont équipés aussi pour pouvoir transporter les personnes vivant avec un handicap. Faisant une petite comparaison, le Dg de Dakar Dem Dikk, rappelle que le Président Abdou Diouf avait sa Sotrac», Abdoulaye Wade a son ‘’Dakar Dem Dikk’’ et Macky Sall a lui aussi son ‘Sénégal Dem Dikk’.

Le professeur condamné à 10 ans pour avoir violé son élève
L’enseignant Cheikh Guèye a été condamné hier, à 10 ans de prison ferme pour avoir procédé à des attouchements sexuels sur son élève S.A.M âgée de 9 ans. En effet, étant dans l’internat de El Hadj Mamou Mbacké depuis trois ans, S.A.M a subi des viols à 6 reprises de la part du nouveau Serigne, Cheikh Gueye. Ayant peur de son Oustaz, la fillette n’a pipé mot. Lasse d’être abusée, la petite s’est confiée à sa mère durant le Magal. Conduite manu militari à l’hôpital par sa mère, elle a reçu une attestation qui prouve qu’elle a eu au moins une déchirure hyménale ancienne. Arrêté, le mis en cause a réfuté les faits qui lui sont reprochés. Par contre, S.A.M affirme que c’est le maître coranique Cheikh Gueye qui l’a violée. Selon elle, Cheikh Gueye procédait à des attouchements sexuels quand elle n’arrivait pas à réciter le Coran normalement. Le parquet a requis la relaxe. Les conseils de la défense ont suivi le réquisitoire du maître des poursuites.

Babacar Diagne au Congrès américain
Les besoins et les résultats du Sénégal en matière de lutte contre la malnutrition ont été exposés hier au Congrès américain. Et c’est l’ambassadeur du Sénégal à Washington, Babacar Diagne, qui s’est chargé de cet exercice lors d’un panel coanimé par le député Chris Smith et Roger Thurow (Senior Fellow Global Food and Agriculture). Dans son intervention, le diplomate a insisté sur la stabilité du pays avant de donner des informations en matière de malnutrition au Sénégal. Selon Babacar Diagne, «le Sénégal est connu pour son art culinaire, mais également pour le hub régional des affaires, de la culture et du tourisme en Afrique de l’Ouest». Cependant, souligne-t-il, «dans certaines régions du pays, les enfants de moins de 5 ans souffrent chaque année de malnutrition ». Il estime que la malnutrition est responsable de près de la moitié des décès d’enfants de moins de 5 ans.

Babacar Diagne au Congrès américain (bis)
Devant ses homologues ambassadeurs du Bostwana et de l’Ouganda qui ont pris part au panel, l’ancien Dg de la Rts indique que le Sénégal a très tôt reconnu l’importance de ce défi. C’est ainsi que le gouvernement sénégalais, dit-il, «a constitué l’Unité de contrôle de la malnutrition sénégalaise (Clm)». Cette structure travaille avec divers partenaires de financement et d’exécution. «Ceci est un effort collectif entre le ministère de la Santé au Sénégal, le Clm et des partenaires de la communauté du développement. Il a permis de réaliser de grands progrès pour atténuer les risques de malnutrition au Sénégal», explique-t-il avant de revenir sur deux initiatives actuelles financées par l’Usaid et par le bureau de l’Aide américaine et la cellule pour les catastrophes à l’étranger (Ofda).

Forces Armées
Le budget du ministère des Forces Armées est arrêté à la somme de 179 348 673 540 Fcfa pour 2017 contre 150 632 018 280 Fcfa en 2016, soit une hausse de 28 566 655 260 Fcfa. Après la présentation du rapport et les observations portées sur le projet de budget, les députés ont adopté sans débat et à  l’unanimité les différents titres du projet de budget 2017. C’est devenu une tradition, le budget des Forces armées est toujours voté sans débat pour éviter la divulgation de secrets de défense.

Terrorisme dans les prisons
Le président de l’Association pour le soutien et la réinsertion sociale des détenus (Asred) confirme les propos de Niangal. D’après l’Asred, la radicalisation des détenus résulte de plusieurs facteurs qui rendent l’Etat responsable. Il s’agit des longues détentions préventives, de l’absence d’une politique de réinsertion sociale qui explique le taux élevé de récidive, évalué à 68% par l’Ansd, La désintégration de la famille au niveau de la société, l’exclusion, le racisme, le chômage, l’ignorance, l’oisiveté… L’Asred suggère au gouvernement d’organiser des rencontres dans les établissements pénitentiaires en vue de sensibiliser les détenus sur le phénomène du terrorisme, avec la collaboration de psychologues, de sociologues, d’hommes religieux, de la Société civile et des organisations de défense des droits humains

Categories: REVUE DE PRESSE

About Author