NEEXNA.COM AU CŒUR DU SCANDALE SEXUEL !

NEEXNA.COM  AU CŒUR DU SCANDALE SEXUEL !

On en sait un peu plus sur les arrestations tous azimuts des fameuses «masseuses» à Yoff révélées par la Tribune. Selon une source judiciaire, cette affaire qui a fait les choux gras des «revueurs de presse» de vendredi dernier, a déjà été enrôlée par le procureur de la République Serigne Bassirou Guèye. Les mises en cause qui sont actuellement en détention préventive ont été identifiées. Il s’agit de Bintou Diagne Ndoye (31 ans), Daba Gningue (22 ans), Aïssatou Diallo (29 ans) et Khady Sadio (36 ans). Toutes ces filles qui vivaient dans des appartements meublés à Yoff, sont respectivement originaires de Rufisque, Thiaroye, Tambacounda et Ziguinchor. Elles sont poursuivies par le parquet de Dakar pour les délits d’outrage public à la pudeur, incitation à la débauche, non inscription au fichier sanitaire et proxénétisme.

Pour la petite histoire, cette «mafia du sexe» a été découverte par la Brigade des mœurs de la Sûreté urbaine de Dakar. L’enquête diligentée avait permis l’exploitation d’images à caractère pornographique qui étaient diffusées en boucle sur un site dénommé neexna.com dont les administrateurs sont activement recherchés. Sans désemparer, les élément de la Sûreté urbaine se sont fait passer pour des clients pour alpaguer cette bande de jeunes filles aux mœurs légères. Mettant en branle leur stratagème, ils ont appelé dans un premier temps, sur un numéro de téléphone via le site neexna.com. Un rendez-vous a été vite pris au Cabinet «Thiaba Cissé» sis à Yoff où les attendaient la gérante, une certaine Bintou Diagne Ndoye, et une de ses acolytes, la nommée Daba Gningue. Il y avait au menu de cette rencontre sulfureuse en perspective, une séance de massage «body-body» qui consistaient pour les maîtresses des lieux, à se départir de leurs habits pour ensuite frotter leur poitrine contre celle de leurs clients. Ces filles qui étaient en slip-body ont voulu passer à la vitesse supérieure. C’est ainsi qu’elles ont proposé un «massage plus» à leurs clients d’un genre particulier. Au moment de passer à l’acte, leurs «partenaires» qui étaient en réalité des flics, ont laissé tomber le masque. C’est sur ces entrefaites que ces masseuses qui s’adonnaient à de la prostitution déguisée ont été cravatées puis jetées dans le panier à salade. Dans la même journée, les hommes du commissaire El Hadji Cheikh Dramé se sont transportés chez la nommée Aïssatou Diallo qui était également dans leur collimateur. Suivant le même mode opératoire, ils ont piégé cette dernière qui n’est pas tombée seule, puisqu’elle a emporté dans son sillage sa bonne à tout faire, la nommée Khady Sadio. Soumises au feu roulant des policiers-enquêteurs, Bintou Diagne Ndoye et Aïssatou Diallo ont reconnu les faits tandis que les autres ont nié toute implication dans cette affaire qui sera tirée au clair demain. Les mises en cause ont constitué Me Abdoubacry Barro pour assurer leur défense.

La Tribune

About Author