Après L’opposition Et La Société Civile Au Sénégal : Frank Timis Porte Plainte Contre L’Etat Burkinabè

Après L’opposition Et La Société Civile Au Sénégal : Frank Timis Porte Plainte Contre L’Etat Burkinabè
Décidément Frank Timis n’est pas homme à envoyer des menaces de plainte comme çà en l’air. Il avait menacé de porter plainte contre certaines personnalités de l’opposition sénégalaise et de la société civile qui l’accusent d’avoir grugé près de 600 milliards de FCFA au peuple sénégalais dans l’exploration et la découverte de pétrole et de gaz au Sénégal. Tout comme lui, il est reproché à Aliou Sall, le frère du Chef de l’Etat d’être son complice dans cette affaire.

Aliou Sall est même présenté comme étant un de ses associés. Frank Timis est ensuite passé à l’action. Effectivement son avocat commis, Me El Hadji Diouf a effectivement déposé plainte contre les personnalités de l’opposition et de la société civile sénégalaise. C’est ainsi que Mamadou Diop Decroix, Ousmane Sonko et compagnie sont accusés de trois infractions dans la plainte : diffamation, diffusion de fausses nouvelles et association de malfaiteurs. C’est ce même Frank Timis qui vient d’introduire une demande d’arbitrage à la Chambre de commerce internationale basée à Paris entre sa compagnie Pan African Minerals Group et le gouvernement du Burkina Faso.

Selon l’agence Reuters, en 2012, Pan African Burkina Limited, une des filiales du groupe, avait fait l’acquisition du gisement de Tambao dans le nord du Burkina Faso. Les réserves de ce gisement étaient estimées à 100 millions de tonnes de manganèses. Et Pan African Burkina Limited prévoyait d’y investir 100 millions de dollars. Un accord qui avait été validé par le Président de la République du Burkina Faso de l’époque Blaise Compaoré. Blaise Compaoré chassé du pouvoir, le nouveau régime burkinabé décide de suspendre l’autorisation d’exporter de Pan African Burkina Limited, au motif que le contrat lui avait été attribué dans des conditions douteuses.

Malgré la levée de la suspension, le groupe dirigé par Frank Timis accuse le gouvernement burkinabè de faire obstacle au projet pour se l’approprier. Auprès de la Chambre de commerce internationale basée à Paris, Pan African Minerals Group réclame 385 millions de dollars à l’Etat burkinabè. L’addition peut même se corser pour le Burkina Faso, si la Chambre de commerce internationale donne raison au groupe de Frank Timis et que celui-ci cherche à réclamer des dommages et intérêts. On pourrait atteindre alors la somme de 4 milliards de dollars.

Nettali.sn
Categories: INTERNATIONAL

About Author