MACABRE

MACABRE

Une partie de la presse de Galsen s’est réveillée hier en commettant des crimes. Et en direct svp ! On se croirait à vrai dire dans une de ces séries noires en mesure de vous flanquer de ces frayeurs. Nos confrères auraient dû mettre un bandeau avec la mention: interdit aux moins de 18 ans ou aux âmes sensibles. Bon, disons-le tout net pour ne pas tourner autour du pot. Ce fut horrible pour ma fille qui a l’habitude de feuilleter les quotidiens locaux avant d’aller à l’école. Tout ça pour vendre ? Devrait-on nous offrir toute cette description macabre qui frise le sadisme pour nous faire comprendre la violence de la mort de la défunte Fatoumata Mactar Ndiaye ? Et certains ont même voulu être très précis sur la position de la tête. Tout le monde savait qu’elle a été égorgée. Fallait-il en rajouter pour faire dans le lugubre ? On s’amuse ainsi à faire peur, à jouer au sensationnel ou à d’autres jeux et participons sans le savoir à banaliser cette violence qui se joue devant nos portes. Hélas, elle n’est pas que physique, cette violence. Nos télévisions nous montrent des séries mettant en scène des jeunes gens qui vivent dans l’opulence tout en plongeant des téléspectateurs dans des rêves irréalisables. Et face à une population qui se paupérise, pendant que de l’autre côté on nous peint un Sénégal de prospérité, cela donne souvent des meurtres du genre de ceux de Nord Foire, Cambérène, Pikine ou Grand Yoff. Prudence !

( Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author