Election américaine: Le point sur la situation

Election américaine: Le point sur la situation
 
  • Donald Trump, le candidat républicain, remporte l’élection présidentielle américaine. Il cumule pour le moment 290 grands électeurs – il lui en fallait au moins 270 – et devient ainsi le 45e président des Etats-Unis ;
  • Hillary Clinton a appelé Donald Trump pour le féliciter. Elle ne s’exprimera pas publiquement immédiatement ;
  • dans un discours, M. Trump a assuré qu’il serait « le président de tous les Américains » ;

 

Le Monde

Bonjour, et merci pour ce live, malgré sa teneur. A-t’on des nouvelles d’Hillary Clinton ? Va-t’elle prononcer un discours devant ses supporters ?Merci !

-brch2000

 Bonjour,
Le porte-parole de Hillary Clinton, John Podesta, avait annoncé que Mme Clinton ne s’exprimerait pas dans la nuit (il était environ 2 h 30 à New York) et semblait dire que la candidate ne reconnaîtrait pas sa défaite tant que tous les votes ne seraient pas décomptés. Comme le veut la tradition, la candidate démocrate a cependant appelé Donald Trump peu après pour le féliciter de sa victoire.
PS : merci pour vos encouragements !

 

Le Monde
Vladimir Poutine félicite Donald Trump pour sa victoire 
Le Kremlin dit espérer un « dialogue constructif » avec Washington et a dit son espoir de coopérer avec M. Trump sur les grands dossiers internationaux. Par ailleurs, selon l’agence d’information gouvernementale Ria Novosti, le Parlement russe a accueilli la victoire de M. Trump par des applaudissements.
Le Monde

Est-ce la fin du monde?

-PaulVersLe02

Vous êtes nombreux à nous poser cette question. Nous ne pouvons pas pour l’heure nous prononcer.
Le Monde
Lire l’article de notre correspondant aux Etats-Unis (édition abonnés), qui revient sur le parcours de Donald Trump, chantre de l’âge d’or d’une Amérique WASP, industrielle, tournée vers elle-même : 

image: https://images.scribblelive.com/2016/11/9/edd3ff06-53df-4d8f-aae9-c414e4c3a62e.jpg

Le Monde

les grands élécteurs ont ils un engagement ferme pour voter pour le candidat de leur parti? autrement dit, est ce que des grands élécteurs républicains, abasourdis, pourraient « changer de camp »?

-Isa

Dans vingt-quatre États sur cinquante, des textes obligent les grands électeurs à suivre le vote populaire et à voter pour le candidat pour lequel il ont été élus. La mesure a été approuvée par la Cour suprême en 1952 (arrêt Ray vs Blair). Les grands électeurs étant désignés par les partis ou les candidats à la présidence et ayant prêté serment, ils font, dans la plupart des cas, preuve de loyauté envers le candidat et le parti.
Les cas de « trahison » sont rares : lors de l’élection de 2000, pour protester contre la faible représentation du District of Columbia dans le collège électoral, Barbara Lett-Simmons avait choisi de ne pas voter, plutôt que de voter pour Al Gore. Son refus n’a pas modifié le résultat de l’élection, George W. Bush ayant été élu avec 271 voix. En 2004, un grand électeur du Minnesota, censé voter pour John Kerry, avait par erreur voté pour John Edwards, le candidat à la vice-présidence choisi par… John Kerry.
Categories: INTERNATIONAL

About Author