COLLOQUE

COLLOQUE

Sacré Sénégal ou sacrée Afrique. On n’en aura jamais assez avec les séminaires, ateliers de réflexions, foras etc. Ce, pendant que d’autres continents sont dans l’ère de l’action. Dakar a reçu ces dernières semaines ce que l’on pourrait appeler le gotha de l’intelligentsia africaine. Du beau monde pour discourir sur notre condition de Nègres ou Africains tout court -pour aussi embrasser l’aire maghrébine. Des discussions que le centre culturel français a accueillies et peut-être même financées pour écouter la logorrhée de nos savants sur certains de nos maux dont l’Occident serait responsable. Le temps que ces hôtes rentrent, voilà que des gens se réclamant du monde culturel viennent tendre la sébile à Macky Sall pour un financement de quelques activités marquant les 50 ans du… 1ère Festival Mondial des Arts Nègres comme si la troisième édition, que le Sénégal avait accueillie en décembre 2010, n’avait pas suffi pour évacuer tous les questionnements qui seront au programme lors de ces festivités où des sous seront inutilement déboursés. En effet, à parier que les «réflexions» qui seront faites lors de ce colloque envisagé ne seront porteurs d’aucun projets pour nous sortir de notre sous-développement. En effet, si toutes ces réunions servaient à quelque chose -à part manger, pinailler et toucher des perdiem-, sûr que le Sénégal serait assurément à la tête des nations les plus riches du monde tellement notre pays a organisé des colloques et séminaires sans qu’il se traduisent par quelque chose de concret sur notre vie économique, sociale ou culturelle. Si ce n’est d’enrichir des copains et des coquins. Après le temps des discours, il est impératif que l’on soit dans le temps de l’action et en finir avec les colloques et séminaires coûteux. Wala bok ?

Le Témoin

Categories: CHRONIQUE

About Author