Timis en pleine nuit…

Timis en pleine nuit…

Timis qui a déjà porté plainte contre onze Sénégalais et a grandement participé à semer la polémique, tire manifestement à sa fin au Burkina Faso. Une commission parlementaire recommande des poursuites contre lui et contre le frère de Blaise Compaoré, le président déchu. Les députés demandent aussi qu’on retire au sombre Franco-Roumain le permis d’exploitation de la mine de Tambao au nord. Un dénominateur commun: Au «pays des hommes intègres» comme au «pays de la téranga», ce sont les «frères de…» qui sont au cœur du business fructueux des ressources naturelles. On ne peut que saluer l’esprit de patriotisme et de responsabilité des parlementaires burkinabé. Toutefois, il est clair que si une telle enquête aux multiples enjeux, a pu aboutir, c’est que l’Exécutif l’a voulu et qu’il n’a aucun intérêt à défendre des intérêts personnels comme c’est le cas chez nous. Si Blaise était toujours là, rien ne pourrait arriver à Timis et à Compaoré-frère. C’est la raison pour laquelle un tel scénario est inenvisageable au Sénégal. Ici, les gouvernants ont déjà annoncé la couleur. Ceux qui réclament la lumière se braquent. Entre plaintes et menaces, il n’y a pas de place à la sérénité requise pour y voir plus clair. Et Timis est à l’aise dans les ténèbres.

Le Témoin

Categories: CHRONIQUE

About Author