JAMONOY TWIST

JAMONOY TWIST

Souriez compatriotes, n’affichez plus cette mine d’enterrement. Le messie que l’on attendait est arrivé. Ce même si à ses débuts on pensait que «Deuk bi dafa Macky». Le pays l’est toujours d’ailleurs et la chose qui se fait le plus rare dans ce charmant pays, c’est l’argent. Mais on peut rêver ! En moins de quatre ans, notre Prési à nous tous a fait plus que ses prédécesseurs en 52 ans. De vrais nains qui n’ont rien foutu, même si certaines archives montrent qu’il ne fait que poursuivre le job de celui qui se voyait, avec son fils, plus beau que nous tous. Bientôt, il nous sera donné l’occasion de consommer l’électricité gratis. Un retour au «jamonoy twist», ce bon vieux temps chanté par Souleymane Faye, meilleur parolier de la chanson sénégalaise. Il s’agit d’une époque bénie où, avec une pièce de 100 francs, on pouvait suivre une séance au cinoche, se payer une bouteille de soda, s’offrir les trois normaux et même, si ça nous chante une quatrième tasse en plus de croquer des arachides grillées, en rêvant que Dakar devienne comme Paris. Mais bon, foin de cette nostalgie mal placée. Bientôt, tout nous sera permis. Ce qui rendra nos demoiselles plus canailles, les épousailles plus folles. Et oui, tout sera permis dès lors que nous avons du gaz, du pétrole, du zircon, de l’or et la plus grande centrale solaire de l’Afrique de l’Ouest. Qui fait mieux? Macky Sall, bien sûr ! Et avec ça, on vivra peinards en pantoufles trainant les savates dans de luxueux salons bien éclairés et en nous régalant d’un ‘’ceebu jën’’ dégoulinant d’huile. Et ça s’annonce bien avec la publication du Doing business qui nous classe au 147ème rang des pays où il est facile de faire du business. Juste que ça ne se sent pas sur le visage de nos compatriotes. Patience, ce sera pour bientôt. Il est toujours permis de rêver.

Categories: CHRONIQUE

About Author