GESTION DES MÉDIAS

GESTION DES MÉDIAS

Pour une révolution copernicienne impulsée par les professionnels selon Babacar Touré président du CNRA

C’est dans le très chic cadre hôtelier de Saly Portudal et à l’occasion de l’assemblée générale de l’amicale des cadres de la Rts que Babacar Touré, président du Cnra (Conseil national de régulation de l’audiovisuel) a choisi de dérouler sa vision relative à la gestion des médias qui, selon lui, doit revenir légitimement aux professionnels.

«Les pouvoirs publics, quels qu’ils soient, organisent un cadre référentiel législatif et règlementaire, mais la défense et l’illustration de la profession sont d’abord l’affaire des professionnels», a insisté M. Touré ajoutant qu’il y a eu forcément un noyau régulateur dans un pays où la presse a fait sa mue de media d’État à service public. Pour Babacar Touré, ce sont les diligentes personnes qui ont animé la presse privée, qui ont impulsé des façons de faire. Parlant de financement, il estime que les médias publics doivent être financés tout en n’excluant pas la Rts de ce créneau, d’où des stratégies publicitaires à impulser et à rationaliser ultérieurement.

Revenant sur la nécessaire rationalisation de la publicité, il a affirmé que ce sont des questions qui lui sont adressées à lui président du Cnra et qui sont à résoudre pour délimiter les champs et, éventuellement, limiter les quotas. «Il faut que les journalistes, les régies publicitaires, les sponsors, l’État, bref, tout le monde se mettent autour d’une table, qu’on mette les choses à plat et qu’on fasse une grille référentielle pour avancer», a-t-il indiqué, ajoutant que le code de la presse présente «de réelles garanties», mais, au vu de l’évolution, il y a des adaptations à faire.

( source Zoom quotidien )

Categories: OPINION

About Author