DÉMOCRATIE TROPICALE !

DÉMOCRATIE TROPICALE !

Drôle de pays que le nôtre où tout semble se faire à l’envers. Le président de notre si charmant pays a délaissé son bureau de l’avenue Léopold Sédar Senghor pour se promener à travers les champs de nos braves cultivateurs dans sa rutilante bagnole. Des ainés nous apprennent que pendant que «Le Lion qui dort» reste perché dans sa voiture, le regretté président du Conseil, Mamadou Dia, déambulait à pied afin d’inspecter chaque épi de mil ou touffe d’arachide. Et c’était des tournés régulières de l’Etat connues sous le nom d’animation rurale, lesquelles étaient moins politiciennes, moins coûteuses que celles du «Lion qui dort» en plus d’être très productives. Mais au lieu de ça, on mobilise une population à trainasser derrière le chef qui se permet de bander les muscles en demandant à son opposition de se tenir tranquille pour ne pas interrompre sa sieste. Une opposition qui n’a fait qu’user d’une de ses prérogatives constitutionnelles et dont les leaders ont pourtant été malmenés comme des malpropres avant d’être poursuivis du Triangle sud au stade Demba Diop. Si ce n’était pas pour les humilier, la police ne se donnerait pas toute cette peine. Et comme l’a dit Jean Paul Dias qui n’a pas pour habitude de tourner autour du pot, on ne peut pas lancer un dialogue il y a 8 mois et se retrouver dans cette situation qui constitue un grand recul démocratique. Ce qui donne raison à ceux qui disaient que ce «Ndeup» national n’était qu’un show. Apparemment, les semeurs de désordre ne sont pas toujours là où on le croit. Cherchez l’énigme du côté du pouvoir.

 

Nb: Une des saillies de Macky Sall alors dans l’opposition.

«Quand il faut descendre dans la rue pour protester, il faut le faire. On ne peut pas empêcher aux Sénégalais de descendre dans la rue. C’est un droit fondamental qu’on ne va pas négocier avec le pouvoir. Maintenant, si le pouvoir va en profiter pour tuer, ça c’est son problème…» Défense surtout de rigoler !

Categories: CHRONIQUE

About Author